Réseaux Sociaux en 2023 : Chiffres clés, tendances et usages en Martinique

Bienvenue dans les mercredis connectés votre émission dédiée à l’actu du numérique et des tendances tech que je co-anime avec Manuel Mondésir, directeur d’awitec.

Bonsoir Manuel, Bonsoir Katleen.

Les adeptes des réseaux sociaux sont de plus en plus nombreux en Martinique , on le sait, mais quelles sont les vraies tendances ? Quels réseaux tirent leur épingle du jeu dans notre territoire ? Quelles sont les différences avec les usages dans l’hexagone ?


En ce début d’année Manuel , on fait le point sur les chiffres clés des réseaux sociaux aux Antilles-Guyane, votre cabinet awitec vient de publier une étude en ce sens. 

Et pour aller plus loin, nous recevons deux invités qui utilisent quotidiennement les réseaux sociaux dans leur activité …

En effet Katleen… avec nous en studio  : 

  • Giovany PELLAN, fondateur et directeur commercial de l’agence Inovalone 
  • Kofi Jicho Kopo, Créateur de contenus sur les réseaux sociaux sur la thématique de la langue créole 
  • Nous aurons également le témoignage de Joana KIMBO-FERLY, Responsable Acquisition chez Air Caraïbes 

Les mercredis connectés saison 1 épisode 16, c’est parti !

Au cours de l’émission nous avons abordé les thématiques suivantes :

Retrouvez dès maintenant, nos études sur les chiffres des réseaux sociaux en 2023 par territoire :

 

Manuel MONDÉSIR, vous venez de publier via votre cabinet awitec, le guide social Media 2023 pour les Antilles-Guyane, qui reprend tous les chiffres clés, les tendances et usages des réseaux sociaux en Martinique, en Guadeloupe et en Guyane.

Dans cette première rubrique Manuel MONDÉSIR nous partagera à l’antenne les informations clés concernant les réseaux sociaux en 2023.

Première question, est-ce que les cartes ont été complètement rebattues en 2023 par rapport à 2022 dans le classement des réseaux sociaux ? 

Eh bien non Katleen, en tout cas, les cadors résistent bien. On retrouve un classement à peu près similaire aux Antilles-Guyane.

YouTube et Whatsapp restent les premières plateformes, alors certains diront que ce n’est pas vraiment des réseaux sociaux. Même si YouTube tend de plus en plus à le devenir et Whatsapp, je pense que ça ne tarderait pas non plus. 

Et puis comme d’habitude, on retrouve dans le classement Facebook, Instagram etc.

Donc finalement les cinq premiers réseaux n’ont pas bougé.

Mais je vais vous révéler peut-être quelque chose, une vraie tendance qui est en train de s’installer. 

Vous parliez de la montée en puissance de Tik Tok. Pouvez-vous nous en dire plus sur cette tendance ?

Voilà, donc effectivement, on en parlait en off. C’est un réseau social qui est vraiment en train de prendre et de prendre des places, de s’installer en Martinique.

Globalement Tik Tok a dépassé LinkedIn qui est un réseau social professionnel.

Et il est maintenant à quelques points de Snapchat, de Messenger et d’Instagram.

Donc potentiellement et ça, c’est la vraie information de ce guide, on va le surveiller durant l’année mais peut-être que Tik Tok va dépasser Messenger, peut-être Snapchat et peut-être va se rapprocher très près d’Instagram. 

Dans cette course aux réseaux sociaux, peut-on dire que Google, propriétaire de Youtube, et Méta, propriétaire de Whatsapp, Facebook et Instagram, ont déjà perdu la bataille face à Tik Tok ? 

En fait, Google et le groupe Meta vont essayer de réagir.

Alors Google à YouTube et Google essaye vraiment d’installer Youtube comme un réseau social depuis peu, tout le monde peut donc avoir son identifiant et donc ça montre vraiment la volonté de Google de s’installer comme cela. Le groupe Meta donc qui a Facebook Whatsapp, Instagram a bien résisté et on voit que même si les revenus de Meta avaient diminué en termes de publicité, aujourd’hui, ils sont en train de repartir.

Donc non, la bataille est lancée.

Évidemment, TikTok essaie de s’imposer, mais on voit aux Etats Unis que ce réseau social est de plus en plus scruté par l’État, par les gouvernements et potentiellement, ce serait un coup d’arrêt pour Tik Tok si finalement, il y avait une régulation qui se mettait en place pour ce réseau.

Les données sont-elles sensiblement les mêmes en Martinique, Guadeloupe et Guyane ? 

Alors oui, pour l’étude en fait, on a dû se baser sur les données disponibles dans les plates-formes de publicité. Et puis, quand on n’a pas les données, on a dû mettre en place des modèles statistiques basés sur des données d’audience, par exemple celle de Médiamétrie.

Alors ce qu’on remarque, c’est que Martinique, Guadeloupe, c’est le même combat. 

Par contre, effectivement, comme en Guyane, la population est plus jeune, le phénomène Tik Tok est exacerbé donc là pour le coup, Tik Tok est vraiment très, très près en termes d’usage d’Instagram. 

Quelles sont les différences les plus marquantes entre les usages aux Antilles-Guyane et l’Hexagone ? 

Le fait le plus marquant ce sera Whats App. 

Effectivement, Whats App est installée définitivement aux Antilles Guyane. 

Alors pour communiquer entre nous, pour communiquer avec la diaspora, c’est le premier le deuxième réseau social.

En France hexagonale, on n’a pas une telle suprématie de Whats App.

Manuel, dites-nous où peut-on retrouver cette étude ? 

C’est très simple, c’est sur notre site awitec.fr et c’est gratuitement disponible.

 

Dans cette partie, Kofi Jicho Kopo s’attachera à nous partager son parcours et son interaction avec les réseaux sociaux au micro de Katleen BILAS-COPPET.

Bonsoir Kofi Jicho Kopo, 

Merci d’être avec nous, Vous êtes un créateur de contenus , positionné sur un créneau un peu différent dans cet univers des réseaux sociaux : vous avez choisi la thématique de la langue créole , d’ailleurs dans la droite ligne de vos études puisque vous êtes diplômé d’un master Langues et Cultures Régionales, et vous êtes linguiste spécialiste des langues créoles de la Caraïbe.

Comment vous est venue l’idée de vous lancer sur les réseaux sociaux sur la thématique de valorisation de la langue créole ? 

Alors, comme vous l’avez si bien dit, j’ai fait des études de langue et culture régionale sur le campus de Schoelcher et je voulais justement partager mes connaissances sur les réseaux sociaux.

Donc j’ai choisi de le faire sur Instagram.

Pourquoi Instagram ? Vous auriez pu écrire un bouquin ? C’était audacieux comme choix sur un thème comme ça.

Tout à fait tout à fait. Justement, beaucoup pensaient que ce n’était pas possible de créer une page Instagram qui soit 100% en créole.

On aurait pu penser que ça n’aurait pas marché, et moi j’avais un petit peu cette volonté de prouver que ça allait marcher justement.

Vous proposez notamment des traductions de mots simples du quotidien dans 10 créoles différents ou encore des tutos explicatifs de la différence entre les créoles, par exemple le Martiniquais et le Guadeloupéen qui est un vaste débat …

Vous avez dépassé les 100 000 abonnés sur Instagram , 102 000 exactement … vous pensiez atteindre ce nombre ?   

Alors on peut dire que j’ai vraiment commencé en 2018.

Je ne pensais pas du tout atteindre les 100 000 abonnés et même les dépasser. 

Au départ, j’espérais péniblement atteindre les 10 000 abonnés et voilà quelques années plus tard, on peut dire maintenant 2-3 ans plus tard, 100 000 abonnés.

Savez-vous aujourd’hui qui sont et où vivent vos abonnés ? On peut imaginer que vous avez des fans dans le monde entier ?

Tout à fait, alors j’organise régulièrement des sondages pour savoir justement d’où viennent mes abonnés. La dernière fois que je l’ai fait, je devais être aux alentours peut-être de 40 000 abonnés et j’étais vraiment surpris du résultat.

Il y a des gens de tous les continents. 

Voilà j’ai des gens qui sont en Asie, en Amérique en Europe, en Afrique et je reçois régulièrement des messages de ces personnes qui me disent bon, “man basé an Chili” et je regarde vos vidéos. Voilà. Donc c’est vraiment intéressant de voir que notre créole, même tous les créoles, intéresse le monde entier.

Instagram est clairement votre réseau social de prédilection avec vos 102 000 abonnés qui vous suivent. Mais, vous êtes également très actif sur Tik Tok, où vous avez déjà une belle communauté de 9,700 abonnés. Quelles sont selon vous les différences ou les spécificités d’Instagram et de Tik Tok ? 

Alors, TikTok je m’y suis mis très récemment parce qu’on m’a beaucoup vanté les mérites de ce réseau social.

On m’a dit qu’il y a vraiment une croissance très intéressante sur TikTok dès les premières vidéos. Effectivement, dès ma première vidéo, je crois avoir fait 8 000 vues sur la première vidéo postée, ce qui est quasiment impossible sur Instagram à moins d’avoir beaucoup de chance.

Et ce qui est très intéressant avec Tik Tok, c’est qu’il a vraiment une croissance très rapide et quelque chose qui m’a beaucoup interpellé également, c’est que quand j’ai commencé TikTok, j’ai très rapidement eu des retours dans la rue, c’est-à-dire que je marchais dans la rue. On me disait c’est le gars de Tik Tok alors que ce n’était pas le cas avec Instagram.

Parfois, ça me le faisait avec Instagram, mais les gens m’appelaient “le gars de TikTok” alors que je venais de commencer TikTok avec comme il a dit, à peine 9000 abonnés. 

Alors que j’ai 102 000 abonnés sur Instagram.

Mais, il y a beaucoup de gens qui me disent qu’ils me regardent sur Tik Tok.

Voyez-vous Tik Tok comme un réseau social qui va encore prendre de l’ampleur ? 

Alors sincèrement, je le pense, parce que sur TikTok mon public est assez différent. 

Alors si sur Instagram je touche une communauté, alors 40% de mes abonnés je dirai on entre 25 et 35 ans. Mais sur Tik Tok le public est beaucoup plus jeune.

Voilà, je reçois davantage de messages, de commentaires de personnes qui me disent j’ai 14 ans, je regarde vos vidéos. 

Donc c’est assez impressionnant de voir que TikTok  touche un public très jeune, et même pour l’anecdote, une fois, je me baladais près d’un stade où il y avait des enfants qui jouaient au football. 

Alors, Ils ont couru et  ils ont dit “ C’est le gars de TikTok”.

Or, ces enfants devaient avoir 10 ans, quelque chose comme ça.

Donc je me suis dit qu’effectivement, ça permettait de toucher un public très jeune. 

Et c’est très intéressant justement pour moi qui parle de culture puisque ce qui m’intéresse justement, c’est de pouvoir promouvoir cette langue auprès de la jeunesse pour qu’il puisse euh voilà, se l’approprier et la diffuser plus tard eux-mêmes.

Est-ce que finalement ces réseaux sociaux ne sont pas associés à des générations ?

Je pense que oui, quand j’ai commencé, j’étais sur Facebook. il y a très longtemps, vers 2013. J’ai commencé à publier des articles sur l’histoire à l’époque et après j’ai basculé sur Instagram. Effectivement, je pense que chaque période un petit peu sur son réseau phare.

Et c’est vrai que jusqu’à maintenant, je publie également de temps en temps sur Facebook. Mais le public, là encore, est différent. Ce sont des gens qui sont d’un âge un peu plus avancé que sur Instagram, et évidemment sur Tik Tok. 

Finalement, est-ce que chaque génération à son réseau ? 

C’est possible !

Paradoxalement, vous êtes moins actifs sur certains réseaux sociaux comme Facebook ou encore Twitter. Pour vous, ces réseaux sociaux sont-ils dépassés ? Ou est-ce plutôt qu’il vous a fallu faire des choix en tant que créateur de contenus ? 

Alors non, je ne pense pas qu’il soit à nous dépasser.

Je pense que quand on publie sur Facebook, on veut toucher une autre catégorie de personnes, je pense. Voilà ce que je constate dans les commentaires que j’ai sur Facebook, c’est que le public est un petit peu plus âgé. Mais c’est aussi très intéressant pour moi de toucher des personnes d’un âge plus avancé, d’un âge plus mûr, parce qu’eux aussi sont intéressés par la langue créole, évidemment.

Donc même je dirais que pour moi c’est intéressant d’être un peu sur tous ces réseaux parce que ça me permet de toucher un public très large.

 

 

Manuel MONDÉSIR revient sur les chiffres des réseaux sociaux en 2023

Voilà je me permets puisque vous avez posé la question, de donner juste un petit chiffre. Aujourd’hui, la tranche d’âge la plus représentée, la plus importante sur Facebook c’est les plus de 55 ans et représente plus de 25% de l’audience et à contre contre-courant sur Tik Tok 50% cinquante de l’audience à moins de 24 ans et 75% de l’audience à moins de 34 ans.

Voilà donc c’est édifiant. Il y a vraiment une association entre l’âge et le réseau social.

Dans cette section, Giovanny PELLAN nous partagera au micro de Katleen BILAS COPPET et de Manuel MONDÉSIR, sa position quant à l’utilisation des réseaux sociaux par les entreprises.

Giovany PELLAN, bonsoir, vous êtes fondateur et directeur commercial de l’agence Inovalone.

Pouvez-vous nous présenter votre structure, Inovalone ? Quel type d’entreprises accompagnez-vous et quels services leur proposez-vous ?

Inovalone, c’est une agence experte en social média management, donc on accompagne vraiment les entreprises dans leur développement numérique et on accompagne surtout leur structure de communication à travers ces réseaux sociaux.

Donc euh, comme type de clients aujourd’hui on accompagne de la TP au groupement d’entreprises. Du coup, ce ne sont pas les mêmes budgets, ce ne sont pas les mêmes objectifs, ce ne sont pas les mêmes attentes, mais notre travail c’’est vraiment d’accompagner tous types d’entreprises à la réalisation de ces objectifs via les réseaux sociaux.

Qu’est-ce que recherchent les entreprises qui vous approchent pour la gestion de leurs réseaux sociaux ? 

Alors, comme je l’ai dit précédemment ça va dépendre des objectifs que s’est fixés l’entreprise. Alors la très petite entreprise au départ va chercher surtout à se faire connaître et par effet ricochet, essayer de gagner en notoriété.

Là où un groupe d’entreprises justement va vouloir s’imposer, un peu comme ce qu’on retrouve en Hexagone. Les grands groupes tels que Louis Vuitton et Lacoste, en fait elles sont déjà au sommet. Donc elles souhaitent capitaliser sur les réseaux sociaux pour attirer une nouvelle génération et fidéliser une nouvelle génération de clients et d’acheteurs.

Mais aussi de consolider leur positionnement dans la tête des utilisateurs un peu plus âgés, donc déjà client de la marque, mais qui pourraient se laisser séduire par de nouvelles membres qui, eux, vont automatiquement passer par les réseaux sociaux pour se faire connaître. Donc ça dépend des objectifs de chaque entreprise.

Mais l’idée première, c’est toujours de se faire connaître, et de présenter ses services ou ses offres. 

Les entreprises ont-elles une préférence pour un réseau social en particulier ? 

Alors c’est vrai qu’après plusieurs années dans le domaine, on a constaté que les entreprises ici comme les Martiniquais d’ailleurs sont très attachés à Facebook.

Ça, c’est une réalité. Facebook reste quand même un incontournable dans le paysage numérique ici. Suivi de très près par  WhatsApp, la messagerie numéro 1 utilisé ici et Instagram qui reste quand même un réseau social très utilisé, entre je vais dire la génération des 50 ans et la génération des 20 ans, on a vraiment ce mixte des deux générations qui est centralisé sur Instagram.

Et puis comme a dit Manuel, on à l’émergence très forte de Tik Tok qui est monté très très très en puissance à la fin de l’année 2022, ça avait déjà commencé de par les phases de confinement qu’on a connu en 2020 et 2021 et ça s’est vraiment confirmé. 

On a vu les demandes et la tendance des entreprises de communiquer sur Tik Tok à partir de 2022 donc justement, les entreprises, elles ont vu ce mouvement, elles commencent à nous solliciter.

Nous avons vu la montée en puissance de Tik Tok sur nos territoires. Les entreprises en sont-elles déjà conscientes ? Avez-vous déjà des demandes d’entreprises pour être accompagnées sur leur communication sur ce réseau social ? 

Oui, on accompagne, alors c’est vrai qu’il faut éduquer aussi ses clients parce que du coup c’est vrai que c’est un nouvel usage des réseaux sociaux.

Là où on était très textuelle et très visuelle il y a quelques années;  maintenant, on est dans du contenu essentiellement vidéo et donc ça demande une nouvelle vision des choses.

Donc les entreprises qui étaient accessoirement très Facebook, Instagram ont vu l’émergence de Tik Tok, ont pensé que le contenu de Facebook et d’Instagram pouvait être reporté dessus et on a vu qu’effectivement, c’est un autre usage, chaque plateforme à son utilisation.

Il faut respecter l’utilisation de chacune.

En termes de retour sur investissement, y a-t-il des stratégies ou des leviers sur les réseaux sociaux qui semblent mieux fonctionner que d’autres sur nos territoires aujourd’hui ? 

Alors en fait, tout va dépendre des stratégies déjà mises en avant. 

C’est vrai que, par exemple TikTok, c’est surtout la viralité et pour une entreprise qui démarre de zéro démarrer une communication sur TikTok, c’est s’assurer déjà d’avoir une première base régulière sur sa communication pendant au moins 6 mois.

C’est s’assurer déjà d’avoir une première base de d’abonnés de qui va suivre une aventure. Maintenant, ça va dépendre des objectifs qu’on s’est fixés. 

Un seul réseau social pour le développement d’une entreprise. Pardon, ce n’est pas forcément une stratégie payante, ça peut l’être comme ça ne peut ne pas l’être.

Mais c’est vrai que de par les résultats qu’on a obtenus sur Tiok Tok, on sent vraiment que la plate-forme s’impose de plus en plus sur le territoire et que ça deviendra automatiquement un incontournable du paysage numérique ici. 

Alors vous avez parlé au début de votre propos de WhatsApp qui était aussi très utilisé en Martinique et les entreprises aussi le mettent à profit pour leur communication et de quelle manière ?

Alors en fait vous avez WhatsApp business qui est du coup c’est vraiment une ligne à part qui est censée être la ligne de l’entreprise, et on va utiliser tout ce qui sera stratégie d’Ads. 

Donc en fait on va tout simplement proposer des publicités via Google Ads, via Facebook Ads, donc via Instagram aussi pour les professionnels du B2B donc en fait Business to Business un peu comme LinkedIn, donc  WhatsApp sera utilisé comme canal de réception.

Et en fait, tout simplement les publicités qu’on mettra en ligne, e numéro WhatsApp seront alignées sur la publicité et si les personnes qui voient cette publicité sont intéressées par l’offre ou le service bah du coup, ils n’ont qu’à appuyer sur un petit bouton et seront basculés automatiquement sur la messagerie WhatsApp de l’entreprise.

Et le contact se fera entre les professionnels et son client, tout simplement. 

Au sein de cette dernière partie nous aurons le plaisir d’écouter le retour d’expérience de Joana KIMBO-FERLY au sujet de l’usage des réseaux sociaux au profit d’une entreprise.

Alors pour rebondir sur vos propos, on a justement le témoignage d’une entreprise, en l’occurrence Air Caraïbes, qui utilise beaucoup les réseaux sociaux. Et Joana KIMBO-FERLY, qui est la responsable acquisitions chez Air Caraïbes, nous explique un petit peu comment son entreprise exploite les différents réseaux sociaux.

Nous l’avons joint tout à l’heure par téléphone. Je vous propose d’écouter cette interview. 

Sur quels réseaux sociaux, Air Caraïbes est présent aujourd’hui ?

Nous sommes présents sur une grande partie des réseaux sociaux, Facebook, Tik Tok, Instagram, LinkedIn, Twitter et YouTube. Cela fait partie de la stratégie de la compagnie d’être présente sur l’ensemble de l’écosystème digital.

L’idée, c’est vraiment de diversifier nos sources de trafic, surtout dans un contexte où le parcours client se complexifie, où nous sommes confrontés à une cible qui est sur sollicité et il faut pouvoir atteindre le client partout où il est présent et lui adresser un message adapté au canal utilisé.

Quels sont les objectifs visés par Air Caraïbes par rapport à la communication sur les réseaux sociaux ?

Traditionnellement, on s’appuie sur les réseaux sociaux comme relais pour communiquer sur nos opérations marketing, sur les marronniers, sur la communication d’entreprise en général. Et c’est vrai qu’on a pour ambition d’aller plus loin que ça, notamment en déclinant les valeurs d’Air Caraïbes sur les réseaux sociaux et en affirmant aussi notre attachement et notre fierté d’appartenance à la caraïbe.

Il s’agit vraiment de créer du lien avec notre communauté et pour ça, on va s’appuyer sur le marketing d’influence pour atteindre une audience plus large, pour humaniser notre communication, en faisant appel à des influenceurs, des créateurs de contenus qui vont porter le message d’Air Caraïbes et qui vont nous nous servir à alimenter en contenus vidéo l’ensemble du funnel marketing.

Trouvez-vous qu’il y a des spécificités au niveau des communautés qui vous suivent en fonction des réseaux sociaux ?

Effectivement, nous sommes précurseurs sur Tik Tok, puisqu’Air Caraïbes est la première compagnie aérienne française à avoir lancé son compte sur la plateforme. Aujourd’hui, on compte plus de 100 000 abonnés. C’est un incontournable, surtout dans notre secteur d’activité. Il faut savoir que le hashtag travel atteint aujourd’hui plus de 30 milliards de vues sur la plate-forme.

Ça démontre bien qu’il y a un fort intérêt pour notre secteur, sur l’intérêt pour nous d’aller sur cette plateforme.

Vous êtes pionniers dans la communication sur TikTok avec une très belle communauté. Pourquoi être allé sur ce réseau ? Quelle est la spécificité de ce réseau ? Avez-vous dû adapter votre communication ? Est-il possible de mesurer les résultats de votre présence sur ce réseau ?

L’intérêt de s’être lancé sur TikTok, c’était aussi de pouvoir toucher de nouvelles audiences qui ne sont pas sur les autres réseaux. On sait aujourd’hui que 5 utilisateurs sur 10 ayant un compte Tik Tok ne sont pas présents sur Instagram. Donc ça prouve vraiment que Tik ToK génère du rich Incrémental.

Il s’agit également d’augmenter la notoriété et le capital d’Air Caraïbes et c’est aussi l’occasion d’apporter une certaine spontanéité qui fait du bien à l’univers du voyage, contrairement à Instagram par exemple, qui va proposer du contenu beaucoup plus travaillé.

Tik Tok c’est vraiment le réseau social de la spontanéité.

Ça bouleverse les codes et c’est vrai qu’on va retrouver des utilisateurs qui vont partager leurs expériences de voyage, qui vont partager leur ressenti et pour nous en tant que compagnie aérienne ça va nous permettre de créer du lien. 

Ça va nous permettre de renforcer la proximité avec nos communautés et bien sûr de rester fidèle aux valeurs de la compagnie.

Voilà pour ce témoignage, donc de Joana KIMBO-FERLY, la responsable acquisitions chez Air Caraïbes.

Giovany PELLAN ça va un petit peu dans le sens de ce que vous expliquez sur les contenus qui doivent être adaptés justement à cette plate-forme qui a ses exigences.

Oui je partage très clairement son avis, quand elle explique que Tik Tok c’est la plateforme de la spontanéité c’est vrai qu’en fait Tik Tok a permis avec des petits moyens de créer on va l’appeler un petit peu vulgairement du contenu “fait maison” 

Mais c’est vrai que ça casse un petit peu cette barrière que pourraient avoir les entreprises d’avoir cette image très institutionnelle, c’est vrai que s’adresser différemment à la cible qu’à Tik Tok à ce jour, permettent de montrer l’entreprise sous un autre jour et potentiellement de fidéliser une nouvelle génération de potentiels clients. 

Conseillez-vous à vos clients aujourd’hui d’aller sur Tik Tok ?

Alors, allez sur Tik Tok oui, mais encore une fois,tout dépend des objectifs, vraiment.

Alors se lancer a début de se faire connaître à des fins de notoriété et de viralité d’accord, mais se lancer sur Tik Tok et espérer être rentable au bout des 3 ou 4 premiers mois, ça reste de l’ordre de l’illusoire.

Il faut vraiment utiliser Tik Tok dans une stratégie globale, avec d’autres outils et d’autres réseaux à côté et ne pas négliger aussi la partie mail, qui est un outil de conversion client qui est très très très important. 

Donc utiliser Tik Tok afin de se faire connaître, oui, mais je ne recommande pas de se lancer sans réellement connaître sa stratégie au préalable et les outils qu’on pourrait agrémenter dans la stratégie pour vraiment être rentable sur son secteur d’activité.

Kofi Jicho Kopo, est-ce que vous avez déjà été approchés par des marques pour l’instant, par rapport à vos contenus ?

Oui, tout à fait, J’ai déjà été approché par des marques pour des collaborations, notamment plusieurs marques de téléphonie, des marques de vêtements et d’accessoires et d’agenda. 

Vous êtes déjà sur Tik Tok, est-ce que vous comptez accentuer votre présence sur ce réseau ? C’est votre prochain challenge ?

Tout à fait, tout à fait, j’y suis déjà, j’essaie de me créer une nouvelle communauté dessus. Pour l’instant, je reposte  les contenus Instagram que j’ai déjà faits sur la plateforme.

Mais je pense quand même qu’il faudra que je crée quelque chose de nouveau, parce qu’effectivement le public est différent et à d’autres attentes.

Donc il faut essayer aussi d’être innovant, là-dessus et de créer un format qui sera adapté à la plateforme. 

Portraits d’Artisans Connectés | Saison 2 Épisode 25

Portraits d’Artisans Connectés | Saison 2 Épisode 25

Comment le numérique peut se mettre au service de l'artisanat ?   Nos invités dépoussièrent complètement l'image de l'artisan. De jeunes entrepreneurs qui ont pris le pari du digital pour changer les regards sur leur métier et booster leur...

S’INSCRIRE À LA NEWSLETTER MENSUELLE ↓