La digitalisation du monde du travail en Martinique | Saison 1 Épisode 29

Accueil » Mercredis Connectés » La digitalisation du monde du travail en Martinique | Saison 1 Épisode 29

Le télétravail transforme le monde professionnel : les enjeux et les solutions

Le travail à distance concerne aujourd’hui 26% des salariés en France

Selon une étude sur le télétravail de la Dares, la Direction de l’Animation de la Recherche, des Études et des Statistiques datant de juin deux 2021, le travail à distance concerne aujourd’hui 26% des salariés en France.

Avec la crise sanitaire, les confinements successifs et les mesures de restriction, le télétravail a atteint un pic inédit en 2020. Il a touché à ce moment-là 41% des salariés.

Et en moyenne, toujours selon cette étude, les salariés attribuent une note de satisfaction de 7/10 au télétravail.

Pour 72% d’entre eux, le principal avantage, c’est moins de fatigue et pour plus de la moitié 55%, ils se disent plus productifs, plus concentrés, plus efficaces quand ils travaillent à distance. 

Une étude que vous pouvez retrouver sur le blog oberlo.fr

Un grand merci à nos invités : 

Envie de maîtriser les Fondamentaux du Marketing Digital pour votre entreprise ?

 

3 mois de formation suffisent pour acquérir les compétences essentielles pour développer votre business grâce au digital.

La-digitalisation-du-monde-du-travail-en-Martinique

Xavier COIFFARD | Entrepreneur et fondateur du Podcast Génération Remote

Quel type d’entreprise peut faire du télétravail?

« Le télétravail fonctionne pour tout le monde. On pourrait penser que c’est plus pour les introvertis ou les grosses boîtes. 

Mais ça va du free-lance qui est tout seul à des boîtes comme Dropbox qui ont plus de 4 000 employés à l’international et en fait ça fonctionne à chaque fois. »

Quels sont les avantages et les éventuels inconvénients qui sont mis en avant par les personnes qui pratiquent le télétravail à 100%?

« Alors, petite précision, j’ai invité des personnes qui font à 100% mais aussi en hybride, donc 50%, 30% un peu tous les modes de télétravail. »

« Les gens ont une meilleure liberté d’organisation de leur temps de travail.

Ils n’ont pas besoin de se rendre au bureau, donc il n’y a pas de bouchons. 

Et la liberté de se déplacer aussi, on va parler après de retour au pays ou de ne pas partir pour aller trouver du boulot ailleurs. »

« Du côté employeur, il y a des avantages non négligeables ; de vraies économies d’échelle quand on met en place du télétravail. 

Quelles sont les qualités qu’un télétravailleur a, qu’un employé physique n’a pas ?

« L’une des qualités majeures d’un télétravailleur plus que d’un employé en physique c’est sa capacité de communication et notamment de communication par écrit, et donc montrer la capacité de bien communiquer par écrit quelle que soit la langue. »

Le télétravail demande un vrai changement de mentalité et de pratiques au sein de l’entreprise

« Il y a 25% des entreprises qui font du télétravail, donc c’est encore assez peu. »

La crise du Covid nous a fait faire du télétravail de force, mais c’était du mauvais télétravail.

C’était du télétravail forcé. On n’avait pas le choix, on est obligé de rester chez nous. 

Et donc le télétravail, ça demande quand même une vraie formation, en tout cas un vrai changement des mentalités, des pratiques au sein de l’entreprise. »

Le télétravail en Martinique est-il très développé ?

« Je pense que pour la Martinique il y a de vrais avantages à augmenter le télétravail.

Le premier qui saute aux yeux de tout le monde je pense ce sont les bouchons. 

En fait c’est tout bête, mais on est tous dans les bouchons le matin et le soir.

Et si on pouvait bosser chez nous, en fait il y aurait moins de bouchons voilà.

Il y a aussi un je pense un vrai avantage sur l’aspect démographique. 

On sait que les jeunes partent pour faire leurs études et pour trouver du boulot. 

En fait, s’ils étaient en télétravail, ils pourraient bosser d’ici et c’est possible.

Nous avons des histoires du retour au pays qui sont possibles grâce au télétravail et enfin un aspect économique aussi je pense pour la Martinique, parce qu’attirer des télétravailleurs ici, qui ne soient pas des Martiniquais ça pourrait faire une nouvelle forme d’activité économique qui ne soit pas du tourisme pur et dur…

Mais des gens qui viendraient passer quelques mois ici et qui ont contribué à l’économie locale. »

5 Solutions pour booster sa productivité et Diminuer sa charge mentale au quotidien

 

Découvrez la formation 100% à distance et éligible au financement à 100%

teletravailler-en-martinique-en-2024

François FANTAISIE | Expert en solutions Microsoft

Quels sont les outils qui peuvent faciliter le télétravail ?

« Quand on est en télétravail, on n’a pas la même façon d’échanger, de communiquer. 

La communication le point important de l’entreprise, des solutions nous aident à communiquer sur différentes formes, que ce soit à l’écrit, en mode synchrone ou asynchrone à travers le chat ou le forum.

Ou bien, en visio, pour pouvoir faire des réunions à plusieurs avec des personnes qui sont situés à des endroits différents, que ce soit en entreprise ou à distance. »

Les confinements successifs ont été des accélérateurs dans le déploiement de ces solutions collaboratives en Martinique 

« C’est passé notamment par le déploiement de Microsoft Teams, mais aussi d’outils tels que Zoom qui ont connu un gros succès au début du confinement, et ça continue avec l’appropriation de ces outils pour le travail quotidien. »

Parce que maintenant que le télétravail rentre dans les mœurs, on a besoin de maîtriser les outils pour ne pas seulement subir leur usage, mais vraiment apprendre à exploiter l’outil pour travailler avec. »

Les entreprises privilégient le travail hybride, le présentiel ou le 100% distanciel ?

« Cela dépend vraiment de la typologie de l’entreprise, du type de travail qui est effectué et de la culture d’entreprise. « 

« Donc moi je constate que de plus en plus d’entreprises comprennent qu’une fois que les outils sont en place et que la communication est fluide et ne change pas, qu’ils sont adeptes du télétravail.

Il y a beaucoup d’actions qui peuvent être faites en télétravail grâce à ces nouveaux outils. »

Cette méfiance qu’on a pu observer en tout cas pendant le confinement vis-à-vis du télétravail avec le sentiment que le salarié chez lui ne travaille pas beaucoup.

Est-ce qu’elle est abolie aujourd’hui ? Est-ce qu’on a compris qu’on peut même parfois être plus efficace quand on télétravaille ?

« On a souvent tendance à vouloir contrôler ce que son salarié fait, alors qu’en fait, il ne faut plus se baser sur le travail mais sur le résultat. 

Et c’est ce que le télétravail a créé, c’est de changer la façon de travailler. 

On ne travaille plus pour faire une tâche, mais on travaille pour atteindre un objectif. »

Quel est le niveau de maîtrise d’outils digitaux des salariés martiniquais ?

« Alors les outils sont de plus en plus simples, donc on a l’habitude. 

On a tous un smartphone et ça facilite l’intégration de nouveaux outils.

Parce que tous les jours, on a de nouvelles applications qu’on utilise, qu’on s’approprie et qui ne nous empêche pas de vivre. 

On ne passe pas des heures à apprendre une nouvelle application, donc les outils qu’on a en entreprise se rapprochent de plus en plus des outils qu’on a dans la vie courante. 

Parce qu’on a cette continuité des outils qui sont présents à la fois sur l’ordinateur, sur le téléphone ou sur d’autres outils numériques aujourd’hui. »

Quelles sont les clés pour améliorer la productivité et le bien-être au travail ?

 

Découvrez 5 astuces à essayer pour avoir une bonne culture d’entreprise.

qu-est-ce-qu-un digital-nomad

Jérôme IYDYLLE | Digital Nomad et fondateur de l’application Babypoom

Qu’est ce qu’un Digital Nomad ?

« Le digital nomadisme est une façon de travailler où on peut délivrer sa valeur, quel que soit l’endroit où on est dans le monde. »

On a gagné 10 ans de plus si on doit trouver des aspects positifs à la crise sanitaire dans ce domaine, et donc maintenant voilà, c’est une pratique courante dans le monde. »

 

La Martinique une terre d’accueil pour les Digital Nomad ?

« Je suis persuadé qu’on peut habiter au paradis, mais il faut du changement de temps en temps. Et du coup j’ai bossé avec un ami depuis  New York.

Et du coup, au bout d’une semaine, on est sorti de là. On avait l’impression d’avancer, d’avoir avancé tellement sur nos business. On a essayé de faire la liste. Qu’est-ce qui a fait qu’on est si bien avancé en une semaine quoi et on a identifié 3 raisons : 

Partir avec quelqu’un qui a les mêmes problématiques que soit, couper un petit peu avec son quotidien, et voilà et être bien connecté. »

Donc nous, on faisait tous les espaces de Manhattan, on était superconnectée, on a rencontré du monde. Voilà, c’était génial. Et dans l’avion on se dit “waouh”, on a une formule magique de productivité. Il faut qu’on faut qu’on fasse quelque chose quoi. 

Et du coup, on s’est dit en fait, ce n’est pas le fait d’aller à New York, c’est le fait de changer d’environnement.

Et du coup, on s’est dit tiens, pourquoi on ne proposerait pas quelque chose à la Martinique, aux “digital nomad”, il y en à New York, aux Etats Unis, on a ciblé les Etats Unis, parce que c’est le même fuseau horaire. 

Donc dès qu’on est revenu en Martinique on a, on a mis en place notre offre, on a filmé et mis en place des leads, des premiers prospects qui étaient super intéressés par le produit. »

« Maintenant, je pense qu’il y a encore plus d’opportunités à faire ce genre d’initiatives.

Il y a des gens effectivement qui étaient rentrés pendant la période covid et qui ne sont pas repartis quand la crise s’est terminée, qui sont restés en Martinique et ont continué à travailler à distance, il y en a pas mal. « 

Comment avez-vous trouvé les personnes avec qui vous travaillez au quotidien ? 

Comment collaborez-vous avec des personnes qui viennent du monde entier  ?

 

‘J’appelle ça un peu de l’architecture de business. C’est-à-dire que dès le jour un j’ai voulu avant être full remote,, ça veut dire qu’il n’y a pas de bureau physique.

Avant le covid, il y avait déjà des expériences, des boîtes comme ça dans le monde qui fonctionnait très bien.

Et ça, ça m’inspirait toujours dans cette idée, cette culture de digital nomad. »

Là, c’est, on va dire motiver par deux raisons. 

« Le fullremote permet d’éviter certains risques qui sont inhérents à la position géographique qu’on a. »

« Une chose qui est très importante aussi, je vais finir par ça sur cette question, c’est que pour faire un bon produit, une belle boîte, il faut aussi une belle équipe.

Et dans les domaines où je suis, ça demande une expertise parfois qui est difficilement prouvable en Martinique ou en Guadeloupe. 

Et du coup, voilà le full remote permet d’aller chercher l’expertise là où elle est dans le monde. »

Vous recherchez des solutions pour collaborer avec vos équipes ?

 

Maximisez votre efficacité avec Google Workspace et boostez la productivité de vos collaborateurs 

comment-teletravailler-en-martinique

Luiji LOUZÉ | Digital Nomad et fondateur de l’agence de conseil en stratégie commerciale Pipeline Hub

Télétravailler depuis la Martinique

« J’étais dans ma petite vie à Londres, tout se passait très bien, même si je suis Martiniquais de pure souche je n’avais pas l’objectif de rentrer.

C’était quand même plus agréable de passer le covid sous les tropiques que dans son 40  à Londres. »

Et du coup, voilà, j’ai pris mon sac, je suis parti et j’ai saisi l’opportunité de la flexibilité que me proposait en fait mon entreprise de pouvoir travailler sur place. »

« Oui il est possible de télétravailler sur un poste à Londres depuis la Martinique avec des clients européens. »

Comment organiser ses heures de télétravail quand notre entreprise n’a pas le même fuseau horaire ?

« Je me réveillais tous les matins à 4 heures.

Je l’ai fait pendant 2 ans. 

Je suis plutôt fier, je ne sais pas comment j’ai fait pour tenir, mais c’est vrai que j’ai quand même travaillé aux horaires européennes depuis la Martinique, ce qui a été très fatigant et ce qui a d’ailleurs conduit à la fin de mon contrat parce que j’ai choisi d’ajuster ça. »

En quoi l’intelligence artificielle va potentiellement modifier la façon dont on travaille au quotidien  ?

« Alors déjà l’intelligence artificielle est une grosse bulle qui transforme déjà le travail puisque maintenant on est dans une ère du travail on a de la technologie d’abord, c’est de la technologie l’IA. 

Et ensuite, donc la technologie a révolutionné la façon dont on travaille, on en a parlé aujourd’hui maintenant l’IA va augmenter et optimiser cette façon de travailler. 

Et donc là, on va vraiment tomber dans des outils donc on a parlé de Microsoft qui a sorti pas mal d’outils, donc pas que le Copilote, ils ont sorti dernièrement un outil de création d’images via de l’intelligence artificielle.

Donc on écrit un petit peu comment on pense l’image et ça génère une image, 

Et aujourd’hui, n’importe qui, que ce soit le designer ou le fondateur d’une entreprise peut taper son besoin de logo et la voix en quelques secondes. »

Le développement de l’intelligence artificielle pour vous, c’est plutôt une opportunité ou une menace ?

« Les deux, une opportunité parce que du coup, ça remet à zéro en fait, ça va permettre à des personnes qui n’étaient pas connectées, équipées sur ce type d’outils qui n’y connaissait rien, de vraiment s’y intéresser et de monter en compétence.

Donc ça, ce sont des opportunités d’emploi, des opportunités de création d’entreprise. »

« Et puis, c’est un problème et peut-être même un vrai enjeu parce que ça va peut-être augmenter le nombre de chômeurs ou faire voilà plans sociaux et même rebattre les cartes d’un point de vue industrie qui marche, qui ne marche pas.

Si je dois un petit peu synthétiser pour les gens qui nous écoutent pour les personnes qui arriveront, qui sont encore sur le marché de l’emploi.

Il faudra s’intéresser à ces technologies pour toutes industries confondues. 

Et vraiment se poser la question, est-ce aujourd’hui ça va changer le travail de demain que ce soit au niveau des entreprises et des employés.

Et si oui, comment s’adapter très rapidement. »

S’INSCRIRE À LA NEWSLETTER MENSUELLE ↓