Facebook ads

Dans cet article, vous retrouverez des échanges d’une heure de webinaire entre Manuel Mondésir (fondateur d’awitec) et 2 entrepreneuses nous venant respectivement de la Guadeloupe et de la Martinique.


Élodie Aligenes, jeune entrepreneuse guadeloupéenne, a créé une agence réceptive qui organise les vacances des personnes résidant en Guadeloupe et ses îles; à savoir la Désirade, les Saintes et Marie-Galante.


À travers son entreprise O’Tropik, elle propose de l’hébergement hors hôtellerie classique tel que les gîtes, bungalows et locations de villa.
Mais également, des excursions à la carte, activités, livraisons de brunch et locations de véhicule.


Christelle, entrepreneuse martiniquaise confirmée depuis 2015, est gérante de Karambole Tours Martinique.
Cette dernière participe activement au tourisme de l’île en proposant des
excursions gourmandes en minibus.

Au programme, dégustation de produits locaux de la Martinique tout en faisant la découverte de l’île et de son histoire.

Les différents objectifs de campagne sur facebook

Envie de vous former au Marketing Digital?

Découvrez notre formation :
• D’une durée de 3 mois

 

 

Tout au long de cet écrit vous apprendrez :

Vous êtes particulièrement intéressé par ce sujet ?

Vous retrouverez l’intégralité du webinaire abordant cette thématique ci-dessous.

 

Comment savoir si votre idée de projet est la bonne ?

Par Élodie Aligenes et Christelle Eugene

“Le tourisme a toujours été une passion pour moi, j’ai toujours voulu y travailler depuis mon plus jeune âge.
J’ai d’ailleurs eu la chance de pouvoir faire mes études dans ce domaine. Une fois diplômée, j’ai rapidement trouvé du travail dans ce secteur.

Au fil des années à travailler en agence de voyages, après chaque déplacement que j’effectuais en dehors de la Guadeloupe, je prenais d’autant plus plaisir à retrouver mon île.

Voyager à travers le monde m’a fait prendre conscience du potentiel encore peu exploité que réserve le tourisme guadeloupéen.

C’est pourquoi, riche de mes expériences dans le milieu touristique, j’ai eu à cœur de promouvoir l’originalité et ma passion grandissante pour mon île.
Ainsi, j’ai compris réellement ce que je voulais faire”.
Élodie Aligenes

 

“Je me suis toujours dit, étant plus jeune, que si je n’avais pas mon bac littéraire, j’achèterais un canoë et je servirais du jus de goyave à des clients.
C’était une idée surprenante qui m’était apparue.

Après 10 ans de carrière dans l’éducation nationale, je sentais que j’étais arrivée au bout d’un cycle.
Je me suis ainsi penchée sur mon idée initiale qui était de joindre l’utile à l’agréable en créant une activité alliant l’histoire et la gastronomie de la Martinique.

Il n’existait justement pas d’offres proposant simultanément la découverte de l’histoire, des paysages et de la gastronomie de mon île.
En sondant, les personnes autour de moi qui étaient dans le milieu j’ai pu avoir des retours positifs qui m’ont conduit à affiner mon projet”.
Christelle Eugene

À travers les témoignages d’Élodie et de Christelle, nous comprenons que bien souvent ce n’est pas nous qui choisissons un projet mais c’est celui-ci qui vient à nous.

Véritablement, celui-ci sommeille en nous jusqu’à ce que nous ayons un “éveil”, et prenions conscience qu’il s’agit parfois d’un désir profond nous tenant particulièrement à cœur.

 

“Au moment où j’ai quitté mon emploi, j’ai pris un risque.
Puis, peu de temps après l’avoir quitté, mon domaine d’activité a été frappé de plein fouet par le Covid.

Cependant, je ne me suis pas laissée abattre, il résonnait en moi un profond désir.
Je ne souhaitais qu’aucune de mes journées ne ressemble à une journée de travail.

Effectivement, devenir entrepreneur est loin d’être facile, mais depuis que je me suis lancée, aucune de mes journées n’est semblable à une autre.
Je suis tout simplement épanouie”.
Élodie Aligenes

 

“ En réalité, je n’ai présenté l’idée qu’à une personne dans le secteur du tourisme.
Cette dernière était si emballée par mon idée, qu’elle a voulu se l’approprier. C’est alors, que j’ai pris conscience de combien ce projet me tenait à cœur”.
Christelle Eugene

 

Visuel impactant pour le contenu d'une pub sur Facebook ads


Le concept de l’Ikigai dans la formation de vos projets


Il s’agit d’un concept japonais mettant en lumière le fait que pour trouver le bonheur il faut que plusieurs cercles se rejoignent.

Dans ces cercles, il y a :

  • La passion (ce que vous aimez et ce pour quoi vous êtes doué)
  • La vocation (ce que vous aimez, et ce dont le monde a besoin)
  • La mission (ce pour quoi je peux être payé, et ce dont le monde a besoin)

Finalement, le concept de l’Ikigai nous conduit à mettre en lumière ce à quoi nous aspirons réellement, notre vocation.

Trouver votre Ikigai, c’est trouver ce qui vous rend heureux, votre bonheur.

“Sur le coup, lorsqu’on fait un métier bien payé pour lequel on est doué, on ne s’imagine pas quitter ce confort.

Finalement, on se rend compte qu’il y a peut-être autre chose qui nous attend et qui pourrait nous procurer un degré de satisfaction personnelle d’autant plus grand”.
Christelle Eugene

Visuel impactant pour le contenu d'une pub sur Facebook ads

Comment donner vie à un projet de création d’entreprise ?


Dans un premier temps, avoir une idée de projet est un bon point de départ.
Dans un second temps, vient la matérialisation de votre dessein.

“Effectivement, j’avais l’idée, mais c’était encore très brouillon dans ma tête.
Toute personne, qui commence à avoir un projet, à ce sentiment”.
Élodie Aligenes

Le Business plan, outil d’élaboration de création d’entreprise


“À partir du moment où j’ai décidé de vouer mon énergie à ce projet, j’ai commencé à faire un business plan.

C’est quelque chose qu’il ne faut pas prendre à la légère, ça m’a permis de recentrer mes idées.

Effectivement, le business plan demande du temps en matière de rédaction, mais quand on le fait bien, on sait où on va”.
Élodie Aligenes

“ Souvent les entrepreneurs voient le business plan comme étant une étape nécessaire pour obtenir une aide financière.
Finalement, nous voyons que le business plan n’a pas pour unique fonction l’obtention d’un prêt ou d’une subvention.

En fait, il permet de s’assurer qu’on va réussir à développer un projet qui aura matière à voir le jour”.
Manuel Mondésir

“Le Business Plan m’a permis de cadrer mon projet”.
Christelle Eugene

Infographie sur les différents types d'audience facebook

L’étude de marché

Outil d’analyse important, il vous permet d’étudier les opportunités et menaces de votre marché.

Mais également, de connaître :

  • Vos concurrents (directs et indirects),
  • Les acteurs du marché (clients, prescripteurs, fournisseurs etc.),
  • Les caractéristiques de la demande (comportement consommateur, tendances de consommation etc.).

“Cela m’a permis de voir ce que la concurrence faisait et de savoir comment je pouvais me démarquer, à quel prix j’allais vendre mes produits…”
Élodie Aligenes

En addition, veillez également au choix du statut juridique de votre entreprise ainsi qu’aux moyens de communication que vous allez allouer pour toucher votre cible.

Anticiper les difficultés liées au métier d’entrepreneur   


Effectivement, lorsqu’on débute en tant qu’entrepreneur, nous nous  concentrons sur l’ensemble des paramètres nécessaires à la création puis au développement de notre activité.

Toutefois, il faut prendre en compte les éventuelles difficultés que l’on peut rencontrer.

De cette façon, il nous est possible de nous prémunir du risque.

“Dans la phase de création de mon activité, lorsque je me suis fait accompagner par des professionnels, ces derniers m’ont invité à réfléchir aux faiblesses de mon projet, aux potentiels éléments qui pourraient impacter mon activité.

Véritablement, mon activité se faisant à l’aide d’un minibus, que ferais-je si je suis dépourvue de celui-ci ? Ou encore, si je ne suis pas en état de conduire, que ferais-je ? Si la banque refuse de m’accorder un prêt, quelles sont mes options ?

Pensez à tous les imprévus ! Ainsi, cela vous permettra de réagir au mieux dans le cas échéant”.
Christelle Eugene

Quelle est la mentalité d’un entrepreneur ?

“Pour effectuer l’achat du véhicule nécessaire à mon activité, j’ai fait une demande de prêt auprès de ma banque.
Cet emprunt m’a été refusé pour un véhicule Renault d’occasion.
Finalement, ma banque m’a accordé cet emprunt pour une Mercedes neuve.

Si j’avais abandonné au premier refus, je n’aurais pas obtenu ce véhicule.

Un entrepreneur, c’est quelqu’un qui cherche toujours des solutions.
Dès lors, que nous comprenons cela, nous ne voyons plus les obstacles comme des freins ; mais comme des occasions de s’améliorer, de progresser.

Certes, un entrepreneur doit s’engager, travailler dur mais il faut qu’il sache lever le pied”.
Christelle Eugene

L’importance de s’entourer des bonnes personnes lorsqu’on entreprend


“Parfois, lorsqu’on ne sait pas par où commencer, il suffit de bien s’entourer pour pouvoir avancer.

Au début, quand je me suis lancée, je me rappelle que je m’adressais aux mauvaises personnes.
Ces dernières ne m’encourageaient guère et ne cessaient de me demander pourquoi j’avais quitté un poste sûr, pour l’entrepreneuriat.

Avec le recul, j’ai compris que pour obtenir les meilleurs conseils qui soient, je devais demander conseils à d’autres entrepreneurs, professionnels du milieu et non à des salariés”.
Élodie Aligenes

 

“Dès lors, que quelqu’un donne un avis négatif sur votre projet, prenez du recul.

Effectivement, sachez discerner si ces personnes apportent une remarque constructive (qui pourra constituer un axe d’amélioration de votre activité) ; ou à l’inverse si elles projettent leurs croyances limitantes sur vous ».
Christelle Eugene

 

“Les débuts sont toujours difficiles, mais lorsqu’on s’investit sérieusement, les portes s’ouvrent par la suite naturellement”.
Élodie Aligenes

Les croyances limitantes

Rappelons, qu’une croyance limitante peut se définir comme un état d’esprit qui nous freine, nous limite.
Ce type de croyance, me conduit à ne pas entrevoir d’autres façons de pensée et à croire qu’il n’y a aucun autre schéma possible.

“Au moment où j’ai voulu me lancer dans l’entrepreneuriat, tous mes collègues m’ont soutenu.
Effectivement, j’ai été très surprise.
Cependant, une seule de mes collègues ne m’a pas témoigné son soutien.

Par la suite, je me suis rendue compte qu’elle avait réagi de cette façon du fait de l’éducation qu’elle avait reçue.
En fait, plus jeune, ses parents lui avaient recommandé de trouver un vrai métier.
C’est pourquoi, elle s’est tournée vers le métier d’enseignant.

En réalité, cette dernière était destinée à une autre profession.
C’est pourquoi, elle projette désormais cette croyance limitante qui consiste à trouver un véritable emploi.

Aujourd’hui, elle me soutient dans mon activité mais à l’époque, cette dernière n’était pas en capacité de le faire”.
Christelle Eugene

Infographie sur les différents types d'audience facebook

Vous souhaitez en savoir plus sur les croyances limitantes ?

Retrouvez notre article sur le syndrome de l’imposteur


L’accompagnement par des professionnels lors de projet de création d’entreprise


“J’ai commencé à rédiger toute seule mon business plan, mais pour la partie finance j’ai fait appel à un expert-comptable.

Effectivement, nous n’avons pas la science infuse, il faut accepter que nous ayons besoin d’aide.

Il faut frapper aux bonnes portes lorsqu’on ne sait pas.

Je me suis fait encadrer par Initiative Guadeloupe, ils m’ont très bien entouré et aidé à peaufiner mon projet.

J’avais une faiblesse, je voulais digitaliser mon activité mais je n’avais pas toutes les compétences nécessaires pour le faire seule.

C’est pourquoi, par le biais de Pôle emploi et de mon Compte Professionnel de Formation, j’ai pu obtenir le financement d’un apprentissage en marketing digital avec awitec.

Ainsi, cette formation m’a apporté les compétences nécessaires pour remédier à ma faiblesse.
Il ne faut pas avoir honte de demander, poser des questions.
Soyez audacieux !”

De cette façon, vous créez progressivement votre réseau.

Infographie sur les différents types d'audience facebook

Conclusion 

En résumé, pour passer de l’idée au projet de création d’entreprise, il faut :

  • Avoir de vraies raisons,
  • Être prêt à accueillir les côtés positifs et négatifs de l’entrepreneuriat,
  • Prendre conscience de l’importance du réseau,
  • Savoir prendre du recul quant aux conseils de notre entourage qui manque parfois d’objectivité,
  • Être prêt à passer à l’action.

Recevez le catalogue de formation ↓